crotte

crotte [ krɔt ] n. f.
• fin XIIe; probablt du frq. °krotta
1Fiente globuleuse de certains animaux. Crottes de chèvre, de lapin. Crotte de cheval. crottin. Fam. Tout excrément solide. étron. Crottes de chien. Faire sa crotte. fam. caca. « Aux cabinets, ce petit saligaud pousse sa crotte de côté, par crainte des éclaboussures » (A. Gide).
Fam. (enfantin) Crotte ! Crotte de bique ! interjection par laquelle on manifeste son impatience, son dépit. ⇒ 1. flûte, zut; merde. C'est de la crotte de bique, une chose sans valeur. Il ne se prend pas pour une crotte, pour de la crotte (de bique).
Par ext. Crottes de nez : mucosités nasales sèches et agglutinées.
2(1635) Vieilli Boue des chemins, des rues. fange, saleté; crotter.
3(v. 1900) Crotte de, en chocolat : bonbon rond de chocolat.

Crotte indique l'impatience, l'exaspération.

crotte
n. f.
d1./d Fiente de certains animaux. Crotte de lapin, de souris.
Par ext. Tout excrément solide.
d2./d Crotte en chocolat: bonbon de chocolat.

⇒CROTTE, subst. fém.
A.— [Sens gén. de fiente]
1. Fiente globuleuse plus ou moins dure de certains animaux et, p. ext., tout excrément solide (animal et humain). Crotte de brebis, de souris; crotte de cheval (synon. crottin). Faire, semer ses crottes. Je gardais la crotte au cul des semaines. Je me rendais compte de l'odeur (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 77). C'est le royaume de la crotte! Ce malheureux chien mange trop (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 180). Je vais faire ma crotte sous un arbre ficus (CENDRARS, Lotiss. ciel, 1949, p. 285).
Loc. région. Aller aux crottes. Ramasser le crottin des chevaux sur les routes (cf. MARTELLIÈRE, Gloss. Vendômois, 1893 et ROUGÉ, Folkl. Touraine, 1943).
Loc. pop., fig., vx. Ne pas chier de grosses crottes. Avoir mal dîné ou pas dîné du tout (d'apr. DELVAU 1866). Chier de petites crottes. Être dans la gêne, la misère (d'apr. DELVAU 1866). Panier à (aux) crottes. Fesses ou jupon de femme. Quelle grue! s'écria-t-il, en redevenant grossier. Je vas t'asseoir sur ton panier aux crottes, tu sais, madame Belles-Fesses (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 88). Mettre à qqn son nez dans sa crotte. Le forcer à admettre ce qu'il ne veut pas reconnaître (cf. nez).
Interjection d'impatience, de dépit, de fureur. Crotte! Crotte de bique! (synon. atténué de merde). Quand on joue on oublie un peu mais si c'est pour évoquer les tuiles passées alors; crotte! (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 14).
2. [P. anal. de forme] Objet ou matière qui ressemble à une crotte. Pouffant (...) quand une crotte de mortier leur sautait au visage (RENARD, Lanterne sourde, 1893, p. 164). Une crotte de beurre. Petite quantité de beurre en forme de boulette. Synon. noix, noisette. Crotte en chocolat. Bouchée en chocolat de forme sphérique. Tout ce que la confiserie médiocre de Montigny peut offrir : depuis les crottes en chocolat à la crème jusqu'aux berlingots rayés (COLETTE, Cl. ménage, 1902, p. 48).
Arg. et vx. Lâcher ses crottes (en parlant d'un avion qui lâche ses bombes), synon. pruneau (ds ESN. Poilu 1919).
GÉOL. Crotte de bouc. ,,Concrétion ferrugineuse dans la terro-bouc ou marbouc ou dans une boulbène`` (PLAIS.-CAILL. 1958).
3. P. compar. ou p. métaph., péj. Produit sans valeur, personne insignifiante ou méprisable. Synon. merde. Je suis las des « crottes », des vers « chiés » comme en pleurant (VERLAINE, Corresp., t. 1, 1873, p. 103). On va reprendre le Supplément littéraire, dit Huret, et vous pourrez nous redonner de vos petites crottes (RENARD, Journal, 1898, p. 469). Les Coantré étaient de la crotte de bique à côté des Coëtquidan (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 768) :
1. Les plus maussades trouvent que c'est une « gentille petite fille », « un peu exigeante parfois, mais pas méprisante, ne vous regardant pas comme de la crotte »
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, La Douceur de la vie, 1939, p. 57.
B.— P. ext., vx ou littér. Boue des rues, des routes ou des chemins. Il faut dire qu'il marche dans une crotte épaisse, épouvantable (JOUVE, Scène capit., 1935, p. 70) :
2. J'ai quitté Cannes au moment où la campagne était dans toute sa beauté pour venir trouver ici [à Paris] la crotte et les pluies éternelles.
MÉRIMÉE, Lettres à la comtesse de Montijo, t. 2, 1870, p. 180.
P. ext. Crasse, saleté. La saleté de la maison dépasse toute rhétorique et l'occupante actuelle, une veuve à faire reculer les saints autels, est un prodige de crotte et de vermine (BLOY, Journal, 1903, p. 180).
P. métaph. De la boue électorale, de la crotte électorale, et de la boue encore! (SAINTE-BEUVE, Corresp., t. 2, 1818-1869, p. 64).
Loc. fig. Tomber, traîner, être dans la crotte. Être dans la misère (matérielle ou morale). C'est un ancien camarade, et ça m'a retourné le cœur, quand je l'ai vu à ce point dans la crotte (ZOLA, J. Damour, 1884, p. 351). Je suis dans la crotte jusqu'au cou, pour changer (SARTRE, P. respect., 1946, p. 71).
Rem. Dans ses emplois récents, cette expr. est comprise également au sens A (cf. être dans la merde).
Loc. arg., vx. Se carrer, vivre dans la crotte. Mener une vie crapuleuse (d'apr. DELVAU 1866 et RIGAUD, Dict. jargon paris., 1878).
Rem. BESCH. 1845, GUÉRIN 1892, QUILLET 1965 attestent l'adj. crotteux, euse. Synon. de crotté « souillé de crotte ». La docum. n'atteste que le sens fig. « méprisable » (cf. supra A 3). Ah! Les enfoirés! ... Malheureux Béotiens crotteux! ... ânes légaux... ânes du purin moi que je dis! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 477).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fin XIIe s. crotes de chievres (Audigier, éd. Barbazan et Méon, t. IV, p. 233, 516); 2. 1269-78 crotes plur. « boue sur un vêtement » (J. DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy, 11911); 1900 terme de confiserie (DG). Prob. de l'a. b. frq. krotta à déduire du rhénan krotz « brique mal moulée; épaisse motte de terre; fruit rabougri; reste » (le sens primitif étant « excrément globuleux »; cf. le m. angl. crote « petit morceau, fragment », NED) plutôt que du m. néerl. krotte « boue déposée sur les vêtements » non attesté av. 1599 (ce sens secondaire étant peut-être dû au fr. largement antérieur), v. VALKH., DE VRIES Nederl., s.v. krot; FEW t. 16, p. 407 b. Fréq. abs. littér. :186. Bbg. GOTTSCH. Redens. 1930, p. 69. — QUEM. 2e s. t. 1 1970; t. 2 1971. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 102; Sources t. 2 1972 [1925], p. 138.

crotte [kʀɔt] n. f.
ÉTYM. Fin XIIe; orig. incert., p.-ê. du francique krotta « excrément, fiente ».
———
I (Une, des crottes).
1 Fiente globuleuse de certains animaux. || Crottes de brebis, de chèvre, de lapin, de souris. aussi Crottin (cit. 4).
Fam. Excrément solide (animal ou humain). || Crottes de chien. || Une grosse crotte. Étron, sentinelle.Loc. Aller faire sa crotte : aller à la selle.Fig. et vx. Ne pas chier de grosses crottes : avoir mal mangé. — ☑ Mettre le nez de qqn dans sa crotte, l'obliger à reconnaître qqch. dont il est la cause. → Mettre le nez (de qqn dessus). — ☑ Panier à crottes : derrière.
Fam. || Crotte !, interjection par laquelle on manifeste son impatience, son dépit (euphém. pour merde : Flûte, zut).Crotte de bique ! (même emploi).
0.1 — Il n'est pas là ?
— Non, mademoiselle. Pas avant une heure.
— Crotte. Une heure. Qu'est-ce que je vais faire en attendant.
R. Queneau, le Vol d'Icare, p. 201.
0.2 Elle se mit à brailler en martelant la muraille avec un instrument que Monsieur Jadis présuma être son soulier, car elle dit : « Crotte, j'ai encore craqué le talon ».
A. Blondin, Monsieur Jadis, p. 144.
tableau Principales interjections.
2 Fig. et fam. De la crotte, de la crotte de bique : une chose sans valeur. || Il ne se prend pas pour de la crotte (de bique) (cf. vulg. Pour une merde, pour de la merde). || Son livre, c'est de la crotte.
1 Et ma soupe de mes oignons gratinée, c'est de la crotte de bique, alors ?
Colette, la Naissance du jour, p. 197.
(1898). T. d'affection. || Ma crotte; ma petite crotte; ma petite crotte en chocolat, en sucre (→ ci-dessous, 3.).
Spécialt. || Une crotte : une production (littéraire, etc.) insignifiante, sans valeur.
3 (V. 1900). Par anal. || Crotte de, en chocolat : bonbon de chocolat. || Des crottes de Noël.Une crotte de beurre. Coquille, noix, noisette.
———
II (La crotte).
1 (1635). Vx. Boue (des chemins, des rues). Boue, fange, saleté. || Avoir ses vêtements souillés, maculés de crotte. Crotter (→ Boguet, cit. 1).
2 Loc. fam., vx. Être dans la crotte, tomber dans la crotte : vivre dans la misère, l'abjection. Boue (cit. 10), crasse (vx). || Il est dans la crotte : il a de gros ennuis.
2 Et le tremplin s'était cassé; il demeurait, les pieds dans la crotte, rivés au sol.
Huysmans, Là-bas, XIII, p. 187.
Loc., vx. Avoir le nez dans la crotte.
3 — Tandis que nous autres, nous sommes bien fichus, le nez dans la crotte, sans un espoir de nous en retirer (…)
Zola, Paris, t. II, p. 221.
REM. Ces emplois sont compris aujourd'hui comme des figurés du sens I.
DÉR. Crotter, crottillon, crottin.
COMP. Décrotter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • crotté — crotté, ée (kro té, tée) part. passé. 1°   Sali par la crotte. Un habit crotté. •   Me vit en se levant si sale et si crotté, RÉGNIER Sat. XI. •   Moi crotté jusqu au cul, et mouillé jusqu à l os, RÉGNIER ib.. •   L amour est nu, mais il n est… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • crotte — CROTTE. s. f. Boue, mélange de la poussière et de l eau de la pluie dans les rues et sur les chemins. Aller, courir, trotter par les crottes. Les rues sont pleines de crottes. Il fait bien de la crotte dans les rues. Il y a de la crotte, un pied… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • crotté — Crotté, [crott]ée. part. pass. On dit, Crotté comme un barbet. On dit, d Un meschant Poëte qui est gueux, que C est un Poëte crotté. On dit, Il fait bien crotté dans les ruës, pour dire, Il fait bien sale …   Dictionnaire de l'Académie française

  • crotte — CROTTE. s. f. Bouë meslange qui se forme ordinairement de la poussiere & de l eau de la pluye, dans les ruës & dans les chemins. Aller par les crottes. courir, trotter par les crottes. les ruës sont pleines de crottes. il y a de la crotte, un… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Crotte — Crotte, Paßla (le grand chemin royal de la Crotte), Gebirgsstraße, 1000 Klaftern lang durch Felsen gehauen, bei der Stadt Echelles in der sardinischen Provinz Chambéry, angelegt vom König Emanuel II …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Crotte — Crotte, Lacrotte Nom qui désigne celui qui est originaire d une localité portant le même nom. Le toponyme vient du latin crypta, et a le sens de souterrain, caverne, grotte. Il existe une commune appelée les Crottes dans les Hautes Alpes, et de… …   Noms de famille

  • crotté — Crotté, Lutosus …   Thresor de la langue françoyse

  • crotte — (kro t ) s. f. 1°   Fiente globuleuse de certains animaux. Crottes de cheval. Crottes de brebis, de lapin. •   [L escarbot] Sur la robe du dieu fit tomber une crotte ; Le dieu, la secouant, jeta les oeufs à bas, LA FONT. Fabl. II, 8. 2°   Boue… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CROTTE — s. f. Boue ; mélange de la poussière et de l eau de la pluie, dans les rues, sur les chemins, etc. Les rues sont pleines de crotte. Il fait bien de la crotte dans les rues. Aller, courir, trotter par les crottes. Il y a de la crotte, un pied de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CROTTE — n. f. Mélange de la poussière et de l’eau de la pluie, dans les rues, sur les chemins, etc. Fig. et pop., être dans la crotte, tomber dans la crotte, être ou tomber dans une honteuse misère. Il se dit aussi de la Fiente, en forme de boulettes, de …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.